Base de connaissances et Publications

CCNSA

Webinaire - Série Vers un avenir meilleur : Santé publique et populationnelle chez les Premières Nations, les Inuits et les Métis – Organisations autochtones nationales

juin 2022

Description de la série

Vers un avenir meilleur regroupe une série de webinaires portant sur une vision de la santé publique adaptée aux besoins des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Ces webinaires font suite à une publication du Centre de collaboration nationale de la santé autochtone parue en 2021 sous le titre Vers un avenir meilleur : Santé publique et populationnelle chez les Premières Nations, les Inuits et les Métis. Produit de manière collaborative, ce rapport présente une vision d’avenir pour la santé autochtone qui donne une large part aux savoirs traditionnels. Il sert de complément au rapport de 2021 de la directrice de la santé publique du Canada intitulé Une vision pour transformer le système de santé publique du Canada.

Survol du webinaire

Le troisième webinaire de cette série présente les visions de la santé publique formulées par trois organisations autochtones nationales : l’Inuit Tapiriit Kanatami, le Ralliement national des Métis et l’Assemblée des Premières Nations. Des représentants de chaque organisation présenteront un survol des réalités actuelles de la population que chacun d’entre eux représente, avant de définir les changements à apporter et formuler des recommandations sur les moyens de les réaliser.

Conférenciers

Natan Obed est le président d’Inuit Tapiriit Kanatami. Originaire de Nain, la collectivité la plus au nord de la région du Nunatsiavut du Labrador, il vit maintenant à Ottawa. Il a vécu à Iqaluit, au Nunavut, pendant dix ans, où il a exercé les fonctions de directeur du développement social et culturel pour Nunavut Tunngavik Inc. (NTI), une organisation qui représente les droits des Inuits du Nunavut. Il a consacré sa carrière à collaborer avec des organismes représentant les Inuits afin d’améliorer la santé et le bien-être des Inuits du Canada.

Cassidy Caron est une femme métisse qui a des racines dans les communautés métisses historiques de Batoche et de Saint-Louis (Saskatchewan). Elle a grandi en étant étroitement liée à ses traditions, à son origine et à sa culture métisses et est motivée par ses valeurs familiales et communautaires de respect, d’honnêteté, de collaboration et de responsabilité. Cassidy est la première femme élue à la présidence du Ralliement national des Métis. À 29 ans, Cassidy est encore considérée comme une jeune dans sa communauté.

Cassidy est une bâtisseuse de nation. En mettant à profit les connaissances, les compétences et les points de vue qu’elle doit à son éducation formelle, à ses expériences professionnelles et politiques et à sa profonde implication communautaire, Cassidy poursuit l’objectif de découvrir et d’utiliser des approches innovantes du développement communautaire et de l’édification de la nation qui promeuvent la collaboration efficace et l’approfondissement de la compréhension entre les peuples autochtones et tous les Canadiens.

En qualité d’entrepreneuse, Cassidy a conseillé et évalué des programmes administrés au niveau provincial et au niveau national qui visent à servir et à soutenir les peuples et les collectivités autochtones dans l’ensemble du Canada. Elle a également appuyé la mise en œuvre d’initiatives dans, par et pour les collectivités autochtones de l’ensemble du Canada dans divers domaines –qui visaient toutes à atteindre l’objectif fondamental de restaurer l’équilibre et le mieux-être des collectivités autochtones.

David Pratt, premier vice-chef de la Fédération des nations autochtones souveraines (FSIN), est membre de la Première Nation de Muscowpetung Saulteaux, située dans les terres non cédées, traditionnelles et ancestrales du territoire visé par le Traité numéro 4. Le vice-chef David Pratt connaît et comprend l’importance du maintien de liens étroits avec la famille, la communauté, la culture et des relations avec les terres.

Le vice-chef David Pratt en est à son deuxième mandat (4 ans et 5 mois) de membre de la direction de la Fédération des nations autochtones souveraines (FSIN), un organisme aux droits issus des traités et inhérents qui englobe 74 Premières Nations, dont les Cris, les Dënësųłinë́, les Saulteaux, les Dakotas, les Nakotas et les Lakotas.

Il est un fervent partisan de l’éducation permanente, de la combinaison des connaissances traditionnelles et des connaissances occidentales, et il est fermement convaincu que la revitalisation des langues est la voie du renforcement des relations communautaires. Champion des droits issus des traités et inhérents, il continue de travailler inlassablement en se fondant sur les lois et les valeurs traditionnelles et sur les conseils et l’appui des aînés, des gardiens du savoir traditionnel (GST) et des gardiens du savoir autochtone (GSA).

Il continue d’informer sur diverses questions qui touchent les membres des Premières Nations et de sensibiliser à celles-ci, de combler des lacunes dans les domaines des droits de la personne et de l’obligation de consulter, ainsi que de lutter contre le racisme et la discrimination systémiques. Le vice-chef David Pratt tire les enseignements du passé pour réparer les torts, ce qui en fait un conférencier éloquent qui prend souvent la parole aux côtés de la direction de la FSIN à l’appui de la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation et des appels à la justice de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Le vice-chef David Pratt est titulaire d’un baccalauréat en éducation du Programme de formation des enseignants indiens (ITEP) de l’Université de la Saskatchewan qu’il a obtenu avec distinction en 2016. Son principal objectif continue d’être l’amélioration de la vie des membres des Premières Nations au niveau local, provincial et national.

Objectifs d’apprentissage

  • Examiner les iniquités actuelles en matière de santé physique et mentale chez les populations inuites, métisses et des Premières Nations.
  • Analyser les contextes social, politique et historique qui ont été les vecteurs fondamentaux de ces iniquités.
  • Comprendre l’importance du retour aux systèmes de santé, aux façons d’être et aux modes de connaissance des peuples autochtones afin de renverser ces iniquités.
  • Explorer des stratégies concrètes en vue d’atteindre l’équité en santé.

Ressources issues du webinare

 


Formulaire de Publication

Connectez-vous au CCNSA